Rassemblement des personnels de l'éducation devant le Rectorat de Lyon

Ce vendredi 27 novembre de 9h à 11h30 devant le rectorat de Lyon, à l’appel de plusieurs syndicats (CGT, CNT, SUD,FO), une grève et un rassemblement d’environ 200 personnes a eu lieu en soutien aux AESH (Accompagnant des Elèves en Situation de Handicap). Le jour même où une commission consultative paritaire de licenciement pour 26 AESH de l’académie de Lyon a lieu car ces derniers auraient refusé de signer leur avenant au contrat pour entrer dans les PIAL (Pôles Inclusifs d’Accompagnement Localisés ) qui ont été généralisés à la rentrée 2020.

 

 

 

 

 

 

Les syndicats dénoncent plusieurs points sur cette nouveauté de gestion des AESH :

1 – les AESH dépendent désormais d’un PIAL comprenant de 5 à 30 établissements scolaires, ils sont donc déplaçables sur cet ensemble d’établissements avec des changements d’affectation et d’emploi du temps à répétition durant l’année scolaire;

2 – depuis la rentrée 2020, les recrutements d’AESH seraient bloqués, de nombreux enfants se retrouvent sans accompagnement ou avec un accompagnement saupoudré d’une ou deux heures par semaine, les AESH en arrêt ne sont pas remplacés (rappelons qu’ils travaillent très proche des élèves en classe et malgré le port du masque, le risque sanitaire est bien présent), laissant de ce fait des élèves dans le besoin sans aide et en brisant le lien et la confiance entre l’élève et son accompagnant;

3 – la manière dont ont été collectés les vœux d’affectation des AESH: le courrier leur a été envoyé pendant les congés avec une date limite de réponse tombant avant la reprise, nombre d’entre eux n’auraient pas reçu ce courrier et les services employeurs étaient apparemment injoignables et la promesse de proposer des temps-plein s’est évaporée, de ce fait beaucoup se retrouvent à partager leur emploi du temps sur plusieurs établissements et parfois loin de leur domicile.

Les AESH et plus globalement les syndicats de l’Éducation Nationale exigent:

  1. L’abandon des PIAL et une instance paritaire sur la mutation des AESH
  2. La titularisation des AESH et de tous les précaires de l’Education Nationale
  3. Un temps-plein de 24h devant élèves et le reste pour la prise en compte du travail « connexe »
  4. Un salaire à 1 700 euros nets à l’entrée dans le métier (actuellement à 800 euros net) et des évolutions salariales
  5. Une véritable formation initiale et continue
  6. De bonnes conditions de travail : pas plus de deux établissements en affectation et pas plus de deux élèves en accompagnement
  7. Création d’une brigade de remplacement pour les AESH.

Justine

Crédit photo: Cédric pour Lagertha Photographie

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici