L’hôpital nord-ouest de Villefranche s/Saône est gravement touché par la contamination de son personnel soignant. La CGT de l’Hôpital a lancé une alerte CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail) sur le registre des dangers.

La situation est tellement alarmante que début novembre 2020, les panneaux de la ville de Villefranche s/Saône ont été sollicités pour inciter des professionnels de santé à rejoindre les services de l’hôpital. Le succès attendu n’a pas été concluant, seuls trois personnes ont répondu favorablement.

Sur les 1600 salariés, soignants et médecins, les responsables de la CHSCT dénombrent entre 40 et 50 agents atteints de la Covid, sans compter les cas contact qui se voient également en arrêt de 24h à 48h, le temps que les tests soient réalisés. Les conséquences de ce manque de personnel sont qu’une équipe « infirmière/aide-soignante » prennent en charge 11 patients Covid contre 5 à 6 durant la première vague. Les appels a des renforts restent vains. L’ARS a pourtant été saisie pour déclencher des réquisitions, mais la réponse se fait attendre, et si réponse il y a, elle renvoie a la Direction de l’hôpital.

Les soignants sont à bout, épuisés, n’ont plus le moral, des tensions s’imposent, les infirmières sont en pleurs à la fin de leur poste.. « On va se retrouver dos au mur dans peu de temps », préviennent les soignants.

Dans ces conditions, la dégradation de la prise en charge des malades est de plus en plus criante. Les soignants reviennent sur leurs repos ou leurs congés, font des heures supplémentaires, mais ce n’est plus suffisant.

Ils craignent que dans les jours à venir, les arrêts se multiplient. Caroline Arens, représentante de la CGT au CHSCT déclare « …C’est certain, on va craquer si on n’a pas de renforts ! »

Mag

Source image : france3-régions

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici